• CLD de la Mitis
  • MRC de la Mitis
  • Facebook TVM

Écho de Roger Boudreau sur Ginette Racette, une consoeur, une autochtone et une amie

communaute bedeque2016 600

Le vendredi 20 octobre 2017, j’ai au l’immense plaisir de rendre hommage à mon amie Ginette Racette en présence d’une soixantaine de personnes réunies à la salle des Chevaliers de Colomb à Mont-Joli.  Mon texte d’une longueur un peu excessive en ces temps où les gens lisent moins, et moins longtemps, je l’ai raccourci en lui conservant, toutefois, sa substance.

Ginette Racette devrait, en principe, quitter Mon-Joli pour Trois-Rivières un jour ou deux avant la Fête Nationale du Québec.

 

Ginette m’a délivré après enquête mon certificat de statut autochtone de la nation Micmac. Au sens des articles 25 et 35 de la Loi constitutionnelle du Canada, je suis autochtone et je peux me prévaloir des droits autochtones applicables comme la chasse, la pêche, le piégeage, etc. à des fins de substance, sociales et cérémoniales ».

 

Bien que très flatté d’avoir obtenu mon certificat, les chevreuils, les orignaux, les truites, les saumons, les lièvres et les renards peuvent dormir en paix, je n’ai pas du tout l’intention de leur faire du mal. Je suis trop sensible. Trop malhabile, ajouterais-je pour manier un fusil, une canne à pêche, un arc ou des pièges.

 

Ginette Racette a passé 16 ans à Mont-Joli pour le plus grand bien de plusieurs associations dont, bien sûr, celle qu’elle a dirigée avec assurance et d’une main de fer dans un gant de velours, soit la communauté autochtone Bedekwe. D’une communauté métisse pratiquement inactive depuis plusieurs années, Ginette Racette en a fait une communauté vivante dont le nombre de membres est passé d’une centaine à plus de 1 500. Des personnes originaires du Québec et plus particulièrement de notre région qui ont essaimé dans plusieurs autres provinces canadiennes.

 

Je garde de très beaux souvenirs et un moins bon de notre première rencontre à la communauté à l’occasion de l’assemblée générale que je couvrais à titre de journaliste. Accueilli par Ginette comme si j’étais l’un de ses membres, elle s’est arrêtée devant moi pour la courte séance de…purification.

 

Il s’agissait d’un peu pas mal de fumée que Ginette dirigeait vers moi et dont je devais m’imprégner je suppose. Coïncidence ou pas, le lendemain, je me suis levé avec une « maudite » grippe dont je rendais responsable la « boucane » à Ginette Racette!

 

À ma visite suivante, je l’ai vue reprendre son petit manège de purification avant un souper. Me sentant suffisamment purifié, je me suis caché près de la porte d’entrée.

 

Malgré tout, j’aimais ces cérémonies solennelles. Je crois qu’elles contribuèrent à m’écarquiller les yeux et à faire tomber quelques préjugés tenaces sur les autochtones que j’appelais, comme bien des Québécois à l’époque, les Indiens.

 

Je n’ai jamais été aussi fier de Ginette que le jour où, habillée de sa robe traditionnelle, elle avait accueilli en compagnie des membres du conseil municipal et plusieurs invités de marque, les représentants du 8è arrondissement de Lyon, en France, à l’occasion de l’inauguration de la magnifique fresque des Jardins de Métis, sur le mur NORD de la bâtisse de Fleuriste Desjardins.

 

Ce jour-là, elle avait les allures d’une princesse indienne ou d’une princesse tout court.

 

Dans cette foule bigarrée, Ginette, notre Ginette, donnait l’impression de marcher sur les eaux du fleuve.

 

Ginette s’accrocha à Mont-Joli à partir de juillet 2001.Au fil des ans, ont suivi un emploi chez IGA, une formation à Dorval pour devenir agente de sécurité dans les aéroports, la résurrection de la communauté Bedekwe, le Club Rotary, la Fresqu’Ô Fête et la politique.

 

À l’invitation d’un autre membre, Ginette Racette a adhéré au Club Rotary de Mont-Joli au sein duquel elle n’a pas tardé à faire ses preuves avant d’accéder à la présidence. Ultime récompense : elle a reçu, le samedi 19 mai dernier, la distinction « Paul-Harris Fellow » remis pour la première fois depuis cinq ans à un membre rotarien de Mont-Joli.

 

En 2009, elle tente sa chance en politique municipale avec l’équipe de Jean Bélanger dans le district six où elle est défaite. De son échec elle ne fait pas un drame puisque Jean Bélanger, l’une des personnalités qu’elle admire la plus à Mont-Joli, est réélu maire.

 

Autre incursion en politique partisane, cette fois lors des élections fédérales de 2015. Ginette agit comme responsable de la campagne électorale du jeune candidat néo-démocrate Joël Charest dans la circonscription d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia. Autre défaite qu’elle accepte avec sérénité.

 

Ma chère Ginette, ton dévouement inépuisable, ta créativité, ton leadership et ton amitié que tu as si généreusement offerte à beaucoup de personnes, tout cela va nous manquer comme tu ne sauras jamais l’imaginer.

 

J’en appelle à tes dieux de protéger ta santé. De tout cœur, j’espère que le fait de retrouver tes racines et les tiens t’insufflera une deuxième vie encore plus merveilleuse. Encore que la première s’est plutôt bien déroulée. 

 

Roger Boudreau

 

 

Nos coordonnées

Télévision de La Mitis

1806, Isidore-LeChasseur
Mont-Joli (Québec)
G5H 2Z4
Bur. : 418-775-2842

Courriel :     Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

Facebook : http://www.facebook.com/TelevisionLaMitis