• CLD de la Mitis
  • MRC de la Mitis
  • Facebook TVM

Le programme Je suis capable est en péril!

je suis capable-600x338 

240 jeunes du primaire provenant de villages défavorisés du Bas St-Laurent, risquent de se voir couper les journées de sciences qu’ils vivent depuis 5 ans. Les coupures gouvernementales tant fédérales que provinciales risquent de ne pas permettre aux élèves de 5ème année de se familiariser avec les sciences et les technologies.  Si la somme de 22 500$ n’est pas trouvée sous peu, le programme disparaîtra à la fin du mois de mars.

 

Je suis capable a été créé il y a plus de 5 ans. Il a été développé par des scientifiques et pédagogues de la région, à l’initiative du Carrefour des sciences et technologies de l’Est du Québec. Cet organisme qui a été fondé en 2001 par l’UQAR, le CÉGEP de Rimouski et la Commission scolaire des Phares voulait pallier à la désaffection envers les études et carrières en sciences et technologies, désaffection qui est encore à l’ordre du jour.

 

Je suis capable! s’adresse aux élèves du primaire de zones rurales dévitalisées connaissant des taux élevés de décrochage scolaire et peu exposées au contexte scientifique. Les jeunes qui persévèrent s’orientent rarement vers les sciences et technologies. Sur une période de 2 ou 3 ans, les élèves de 5ème, 6ème et parfois 4ème année ainsi que leurs enseignants vivent 16 à 24 ateliers de science et technologie (S&T) et une sortie scientifique annuelle, conçus et animés par des scientifiques de l’éducation, de l’entreprise et du loisir.

 

Chaque journée s’intègre dans un cycle de 4 à 5 semaines de préparation, de tenue et de suivi, dans lequel interagissent élèves, animateurs-mentors, et enseignants[i] du primaire. Dans des ateliers concrets, ludiques et interactifs, les élèves expérimentent les S&T, découvrent les métiers qui s’y rattachent, dans des lieux de science souvent inconnus d'eux et/ou perçus comme inaccessibles.

 

Les enseignants perfectionnent leurs connaissances et leurs outils pédagogiques. Tandis que la sensibilisation des parents, lors d’activités à la maison, crée un entourage favorable. Les enseignants ont d’ailleurs décidé de faire de JSC la majeur partie de leur cursus.

 

 

Comme en témoigne les entrevues auprès des jeunes, JSC a déjà permis aux jeunes de se familiariser avec les S&T, dans des domaines très variés et dans des lieux de science qu'ils n'ont pas l'habitude de fréquenter (UQAR, Cégep de Rimouski, ISMER, Musée régional, Institut maritime du Québec..) et qui leur a aussi permis d'envisager des études dans ces domaines.

 

 

 

En plus du développement dans la région, la Gaspésie s’est jointe au programme cette année. D’autres régions sont aussi intéressées. Une recherche par l'UQAR sur le suivi du parcours scolaire des élèves qui ont participé au programme est aussi envisagée. D’ailleurs, depuis 2 ans, des collaborations avec des professeures-chercheures de l’UQAR en didactique des sciences (Enseignement formel et non formel), et du programme EPG (Étudiants de première génération) de la Chaire de Littératie ont été entreprises. Ces collaborations, ainsi que celle avec Florence Piron de l’Université Laval ont donné lieu à 3 interventions lors du colloque de l’ACFAS 2015.

 

 

Le budget de Je suis capable s'élève à environ 90 000 $ dont une grande partie est donnée en services de la part de l’UQAR et du Cégep de Rimouski (laboratoires, bureau, matériel, bénévoles scientifiques…). Les principaux bailleurs de fonds ayant failli, tous ces acquis sont compromis.

Collecte des bacs à Mont-Joli. Rappel de la règlementation en vigueur.

les 3 bacs 600x338

Le service des travaux publics et de l’urbanisme de la ville de Mont-Joli rappelle que tous les bacs (brun, bleu et vert ou noir) doivent être placés en bordure de la rue la veille de la collecte ou, au plus tard, à 7 heures le matin. Des problématiques ont en effet été identifiées dans certaines rues alors que plusieurs bacs ne sont pas en place le jour de la collecte. Les citoyens doivent prendre en compte que l’entrepreneur chargé de la cueillette des matières résiduelles ne passe qu’une seule fois dans les rues.

Mont-Joli sera plus sévère envers les fausses alarmes

attention-aux-fausses-alarmes-600

À la suite de plusieurs fausses alarmes survenues chez des résidents et commerçants détenant un système de protection contre l’intrusion ou l’incendie, le conseil municipal de la Ville de Mont-Joli a modifié, en séance du conseil le 15 février, le règlement concernant l’installation et le fonctionnement de ces appareils de détection.

Le PQ, mobilisé pour préserver les CPE

lebel-harold 
Le 7 février, les députés du Parti Québécois ont participé au grand rassemblement pour la sauvegarde des CPE, partout au Québec.  À l’instar de ses collègues, le député de Matane-Matapédia-Mitis, Pascal Bérubé, a demandé au premier ministre libéral de renoncer aux coupes dans le réseau des services de garde afin de préserver la mission des CPE.

Pour la CSN, pas question de démanteler les services de garde éducatifs à contribution réduite

legendre-nancy 

Pour la centrale syndicale, il n’est pas question d’abandonner ce réseau que le Québec s’est donné il y a près de vingt ans. C’est le gouvernement Couillard qui va devoir le comprendre, en mettant fin aux compressions, en annulant les hausses de tarifs et en assurant son développement pour l’avenir de nos enfants et du Québec. C’est l’essentiel du message livré le 7 février par des centaines de parents, de travailleuses et de travailleurs des CPE, du milieu scolaire et des responsables en services de garde en milieu familial, lors d’un rassemblement à Rimouski, tenu simultanément dans plusieurs autres villes du Québec.

 

 

Par ailleurs, les parents, la population et les travailleuses et les travailleurs des services de garde à contribution réduite sont invités d’ici le 24 février, à signer la pétition mise en ligne par l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE), disponible sur le site

https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-663/index.html.

 

À propos de la CSN

La FSSS-CSN représente plus de 130 000 membres au Québec, dont 10 500 œuvrent dans 360 CPE. Dans la région, elle regroupe 350 syndiqué-es présents dans dix CPE, de même que 230 responsables en milieu familial. Plus de 8 000 éducatrices œuvrant en services de garde milieu scolaire sont membres de la Fédération des employées et employés des services publics (FEESP-CSN). Le Conseil central du Bas-Saint-Laurent rassemble sur une base régionale plus de 10 000 syndiqué-es issus tant des secteurs public que privé. Pour sa part, la Confédération des syndicats nationaux compte plus de 325 000 membres présents dans tous les secteurs d’activité.

 

Nos coordonnées

Télévision de La Mitis

1806, Isidore-LeChasseur
Mont-Joli (Québec)
G5H 2Z4
Bur. : 418-775-2842

Courriel :     Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

Facebook : http://www.facebook.com/TelevisionLaMitis